AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 emily + if you tell yourself you feel fine, you will.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


EVA LAPECH + admin déjantée
+ messages : 57
+ date d'arrivée : 07/06/2013
+ double-compte : Nora Valentyne
+ avatar : Jennifer Morrison
+ crédits : belikovs
+ âge du personnage : 32 ans
+ statut civil : Mariée, apparemment..
+ métier/études : psychologue
+ adresse : upper west side, river terrace

THE WORLD AS I SEE IT
+ CARNET D'ADRESSE:
+ DESIRS CACHES:

MessageSujet: emily + if you tell yourself you feel fine, you will. Ven 7 Juin - 14:05



- Emily Maddie Lewis -
You only live once, but if you do it right, once is enough.



+ nom et prénom : Emily Maddie Lewis + âge : 32 ans + date et lieu de naissance : 18 décembre 1980 à Los Angeles + nationalité et origine(s) : américaines + profession/études : psychologue + statut civil : mariée apparemment... + situation financière : aisée + groupe : Like Charlotte


AMUSANTE + TÊTUE + INTELLIGENTE + BAVARDE + GENEREUSE + JALOUSE + A L'ECOUTE + SUSCEPTIBLE.
si je n'ai pas mon café le matin, je risque d'être de mauvaise humeur pour toute la journée + pour moi e meilleur moment dans une journée particulièrement chaude, c'est la douche + j'adore aller au cinéma et regarder des films ou des séries à la maison, surtout si je peux avoir un bol de pop corn sur les genoux durant le film, c'est presque indispensable même + je ne supporte pas les menteurs et les hypocrites + je suis quelqu'un de très positif, je n'aime pas me morfondre sur mon sort, quand il faut avancer, il faut avancer c'est comme ça + je porte un pendentif autour du cou qui appartenait à ma mère, je ne voudrais jamais m'en séparer + je passe beaucoup de temps avec mon frère jumeau qui a énormément d'importance à mes yeux + on a souvent tendance à dire des choses en même temps ou à penser à la même chose + j'évite de passer trop de temps à me préparer, même si au final j'aime bien prendre soin de moi + j'ai un rire très communicatif + j'ai horreur des araignées + j'adore mon travail et donc écouter les autres, je suis une personne de confiance on peut le dire + j'aime bien faire du sport, de la natation ou de la course, ça fait du bien de courir un peu et de se perdre dans ses pensées + je suis quelqu'un qui n'aime pas vraiment rester sur place, j'aime toujours faire quelque chose sinon ça m'énerve + j'adore faire de nouvelles rencontres + je me déteste quand je sais que je n'ai pas vérifier que mon stupide mariage à Las Vegas avait bien été annulé + je fais tout mon possible pour récupérer Aidan + lorsque je suis mal à l'aise je joue avec mes cheveux ou je me mordille la lèvre inférieure + j'aime la vie, même si elle n'a pas toujours été facile et je pense qu'elle vaut clairement la peine d'être vécue.



+ pseudo/prénom : Alexandra + âge : 21 ans + où avez-vous connu le forum : bah je l'ai fondé ^^' +  suggestions : bah nan tout est parfait voyons (a) + temps de connexion : 7/7 + votre personnage est-il un scénario: nope. + un dernier mot : Ce forum déchire



_________________

« I wanted a perfect ending. Now I've learned, the hard way, that some poems don't rhyme, and some stories don't have a clear beginning, middle, and end. Life is about not knowing, having to change, taking the moment and making the best of it, without knowing what's going to happen next. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


EVA LAPECH + admin déjantée
+ messages : 57
+ date d'arrivée : 07/06/2013
+ double-compte : Nora Valentyne
+ avatar : Jennifer Morrison
+ crédits : belikovs
+ âge du personnage : 32 ans
+ statut civil : Mariée, apparemment..
+ métier/études : psychologue
+ adresse : upper west side, river terrace

THE WORLD AS I SEE IT
+ CARNET D'ADRESSE:
+ DESIRS CACHES:

MessageSujet: Re: emily + if you tell yourself you feel fine, you will. Ven 7 Juin - 14:07

somewhere along in the bitterness.
« Jake, arrêtes de m’embêter s’il te plaît ! » Assise sur le canapé dans notre salon, je regardais la télévision avec mon frère jumeau Jake. Il n’arrêtait d’ailleurs pas de m’embêter, il s’amusait avec mes cheveux, puis avec mes chaussettes, les enlevant sans arrêt. C’était toujours pareil, Jake voulait sans arrêt m’embêter et ça depuis que je suis toute petite. Bon il fallait avouer que moi aussi j’avais parfois tendance à l’embêter, c’était un peu chacun son tour. « Non j’ai pas envie d’arrêter ! » Il me regarda avec ce petit sourire qui voulait clairement dire qu’il était d’humeur taquine. Je poussais alors un léger soupir avant de lui tirer la langue. Mes parents choisirent ce moment pour faire irruption dans le salon. « C’est pas très joli de tirer la langue Emily ! » Je levais les yeux vers ma mère qui me souriait. Elle avait compris que mon frère m’embêtait et vint prendre place à mes côtés pour regarder aussi la télévision. « Bah faut dire à Jake qu’il arrête ! » Jake croisa alors les bras. « T’es qu’une rapporteuse Emy ! » Mon père rigola et attrapa mon frère pour le forcer à s’asseoir comme il faut sur le canapé. « Bon maintenant on reste tranquille et on regarde la télé ! » Jake obéis et le silence s’installa, tout le monde était absorbé par la télévision. Je jetais de temps en temps un regard à mon frère ou à mes parents. J’avais onze ans et je me sentais parfaitement bien dans cette si belle famille. J’avais la chance d’avoir un jumeau, enfin faux jumeau plutôt. Tout le monde sait que ce genre de lien est très particulier. Même si en ce moment nous n’arrêtions pas de nous chamailler, je l’aime plus que tout au monde. Le lien de frère et sœur est déjà quelque chose de particulier, mais quand il s’agit de jumeau je dirais que c’est encore un tout autre monde. On peut se comprendre tellement facile, beaucoup plus facilement que de simple frères et sœurs. Un seul regard suffit et puis en général on a tendance à penser la même chose au même moment. Jake est plus grand que moi de deux petites minutes. Je sais déjà que quand on sera grand il sera très protecteur envers moi et puis je sais aussi que jamais on ne pourra se séparer l’un l’autre. C’est impossible. Et puis il y a nos parents, des gens fabuleux sans aucun doute. Ils se sont toujours très bien occupés de nous et je crois qu’on peut dire qu’on n’a jamais manqué d’amour tous les deux. Tout était toujours parfait dans cette famille, nous n’avions vraiment pas de quoi nous plaindre en même temps. Je n’ai jamais manqué d’amour et puis je savais que quoi qu’il arrive je pourrais toujours compter sur mon frère. D’ailleurs je finis par poser ma main sur la sienne alors que nous regardions toujours la télévision et je lui lançais un sourire. Jake s’approcha alors de mon oreille pour me dire en chuchotant. « Je t’aime petite sœur ! » C’était dit tellement gentiment et on pouvait clairement sentir de véritables sentiments dans ses paroles. « Moi aussi je t’aime grand frère ! » Je m’approchais ensuite de sa joue et déposais un petit baiser dessus avant de m’écarter et de lui lancer un immense sourire. Mes parents avaient vu la scène et ils nous déposèrent chacun un baiser sur le front. Ma famille était tout simplement parfaite et je ne pourrais imaginer en avoir une autre pour rien au monde. C’était le paradis.

« Emily t’es vraiment magnifique dans cette robe tu sais ? » Je venais de rejoindre Matthew devant l’entrée de ma maison, j’avais seize ans et c’était le bal de fin d’année. J’avais acheté cette robe dernièrement avec l’aide d’une amie et de ma mère bien évidemment. Elle m’allait parfaitement bien et apparemment elle plaisait à mon petit copain. On était ensemble depuis une année maintenant. Matt’ était en même année que moi, mais pas dans la même classe. C’était lui qui était venu me parler une fois à la sortie des cours, il était adorable et très vite on s’est rapproché. Non seulement Matthew était mon premier petit copain, mais c’était également avec lui que j’avais eu ma première fois. Il avait donc une certaine importance à mes yeux et passer le bal de fin d’année à ses côtés pour moi c’était tout simplement le rêve. Après ça il y aurait le lycée et ainsi de suite et je savais que nous risquions d’être séparés pour beaucoup de raison durant les prochaines années. Pourtant je ne cessais de me dire que Matthew et moi on allait trouver un moyen pour ne jamais se perdre de vue. Si seulement ! Enfin pour le moment nous n’en étions pas là. C’était l’heure du bal et je me réjouissais plus que jamais de ce jour-là, comme toutes les filles de mon école sans aucun doute. Je me jetais dans les bras de Mattew après son compliment pour l’embrasser tendrement sur ses lèvres. « Merci mon chéri, tu es aussi beau en costard ! » J’affichais un immense sourire et on partit main dans la main en direction de l’école pour assister à ce superbe bal tous les deux. Je sentais déjà que la soirée allait être magnifique et à peine arrivée là-bas, Matt’ m’entraînait déjà sur la piste de danse. C’était notre toute première danse tous les deux et je trouvais ce moment inoubliable. Je le regardais, les yeux pétillants de bonheur. Autant vous dire que ma vie était comme un véritable conte de fée depuis ma naissance. Mon frère n’était pas très loin, c’était pour lui aussi son tout premier bal forcément. Il nous observait avec son œil protecteur comme il le fait à chaque fois. Je lui lançais alors un sourire pour lui faire comprendre que tout se passait bien et qu’il n’avait aucune raison de s’inquiéter. Mais je savais que ce n’était pas suffisant pour lui et qu’il allait quand même se méfier de Matthew. En fait, je crois que Jake n’a jamais vraiment pu aimer mon petit copain actuel. Il a toujours pensé que c’était qu’un abruti d’adolescent qui allait finir par me laisser dès qu’il aurait trouvé une autre fille qui lui plaira encore plus. Il avait peut-être raison, peut-être pas. Quoi qu’il en soit je devais faire mes propres expériences et ça malgré tout ce que pourra dire mon jumeau. « Je crois que ton frère ne m’apprécie toujours pas ! » Je n’étais apparemment pas la seule à avoir remarqué les regards que me lançait mon frère. Je plongeais alors mon regard dans celui de Matt. « Il finira par s’y faire, il est juste un peu trop protecteur faut pas t’en faire pour ça ! » Oui il fallait que mon frère finisse par s’y faire. Matt’ et moi étions ensemble depuis une année et je ne comptais certainement pas le laisser partir de sitôt. Il était donc temps que mon frère accepte cette situation parce que je n’allais certainement pas changer les choses pour son petit plaisir. Je continuais de danser dans les bras de Matthew, un jour ils finiront par s’entendre, j’en étais persuadée.

J’avais commencé le lycée, tout se déroulait comme sur des roulettes. Je me plaisais dans mes études et puis j’étais toujours avec Matthew. Bref, le paradis encore une fois. Jusqu’au jour où alors que j’écrivais à Matt’ pour qu’on se voit celui-ci me répondit : Ouais il faut qu’on parle, on peut se voir au parc. Plutôt inquiète je terminais de me préparer et sortit de chez moi pour  me rendre au parc comme c’était convenu. Matthew n’était pas encore là et j’avais pris place sur un banc en attendant de le voir arriver. C’était une magnifique journée, mais je savais très bien que les choses n’allaient pas rester aussi belles encore longtemps. Je finis par le voir arriver, d’une démarche nonchalante, il regardait à peine dans ma direction. Je respirais un bon coup et me levais pour lui faire face quand il arriva à ma hauteur. Je me mis alors sur la pointe des pieds pour atteindre ses lèvres et l’embrasser, mais celui-ci détourna la tête. Mon baiser vint s’écraser contre sa joue et je m’écartais, complètement perdue. « Il y a quelque chose qui ne va pas ? » Matt évitait mon regard et je pouvais donc sentir à pleins nez ce qui allait être dit ensuite. « Faut qu’on arrête Emily, ça rime à rien tout ça ! » Même si j’avais sentis les choses venir dès que j’avais reçu son message, c’était toujours difficile à encaisser. Je restais totalement interdite face à ses mots. Je sentais les larmes me monter aux yeux petit à petit. Je le regardais droit dans les yeux alors qu’une larme fini par rouler le long de ma joue. « Mais comment ça, ça ne rime à rien ? » Jake haussa les épaules et détourna encore une fois le regard. Il n’arrivait pas à assumer la situation et ça me rendait folle. « Je n’ai pas de sentiments pour toi Emily, voilà ! » Ce qu’il venait de me dire me fit comme un coup de poignard dans le cœur. Je me sentais mal. Quel connard. Pas de sentiments ? Mais depuis le début ou bien est-ce qu’il n’en avait simplement plus assez pour rester avec moi ? Je respirais un bon coup. « Tu.. Tu ne m’as jamais aimée ? » Je pleurais encore plus, mais je ne m’attendais certainement pas à ce qui allait suivre. « J’en sais rien, mais ça n’a pas d’importance, j’ai rencontré quelqu’un d’autre ! » La colère commença alors à monter et je levais la main pour le gifler. J’étais folle de rage. Il trouvait que ça n’avait pas d’importance de savoir s’il a eu des sentiments pour moi ou non et en plus de ça il me dit qu’il a rencontré quelqu’un d’autre. Je n’arrivais pas à le croire. « Dégages Matthew ! » Je continuais de le regarder droit dans les yeux, essayant de lui montrer rien qu’au travers de mon regard toute la haine que j’éprouve pour lui. Il venait de me trahir et je n’avais plus envie de le revoir. « Je suis désolé Emily… » Je croisais alors les bras tout en continuant de le regarder droit dans les yeux. « J’en ai rien à foutre, je t’ai dit de dégager ! » Je n’avais plus aucune pitié. J’étais totalement déçue par sa façon d’agir et je n’avais certainement pas envie d’entendre ses excuses. Il avait rencontré quelqu’un d’autre, ça s’arrêtait là et je ne voulais certainement pas en entendre plus. Tout ce que je voulais c’était rentré chez moi pour pouvoir pleurer. Je refusais d’exploser devant lui, même si j’avais déjà versé quelques larmes, ce n’était pas encore les gros sanglots.

J’arrivais à la maison en courant, complètement essoufflée je m’allongeais sur mon lit et les larmes commencèrent à couler. J’avais de la peine à reprendre mon souffle, de la peine à réaliser ce qui était en train de se passer. Je fermais les yeux, sentant toujours couler sur mes joues ces larmes de tristesse. Cet abruti venait de me larguer et de me dire qu’il ne m’aime pas en réalité. J’étais au fond du bac, j’avais envie de disparaître, mais ce n’était pas possible. Pourtant j’étais grande, j’avais presque honte de pleurer ainsi, mais d’un autre côté tout le monde sait que les chagrins d’amour ne sont certainement pas faciles à encaisser. La porte d’entrée finit par s’ouvrir, quelqu’un était arrivé et je n’avais pas envie que mes parents me posent des questions. « Y a quelqu’un ? » C’était Jake, j’étais soulagée. Entre deux sanglots je finis par articuler. « Je suis là ! » J’entendis alors des pas précipités monter à l’étage et venir vers ma chambre, de toute évidence Jake avait compris que j’étais entrain de pleurer. Il entra dans ma chambre en trombe et s’approcha de mon lit pour voir ce qu’il se passait. « Ca ne va pas Emy ? » Je me redressais alors doucement et essuyais les larmes sur mes joues avant de lever mon regard vers mon frère. Il semblait vraiment inquiet et impatient de savoir ce qu’il m’arrivait. J’haussais alors les épaules comme pour dédramatiser la situation alors que je savais très bien que j’étais vraiment mal. « Il m’a plaqué ! » Rien que ces mots étaient déjà trop difficiles pour moi et je me remis à pleurer de plus belle. Jake prit alors place à côté de moi et posa sa main sur mon épaule tout en essayant de me consoler. Je savais que mon frère ne lui avait jamais fait confiance et qu’il devait penser qu’il m’avait prévenue au sujet de ce mec. Mais Jake se retenait de le dire puisqu’il savait très bien que ce n’était pas le bon moment pour ça. Pourtant je savais qu’il allait me le dire un jour ou l’autre. « Il t’a plaqué ? Quel connard ! Il t’a donné quoi comme raison bidon ? » Je respirais un bon coup, c’était bien là le truc ! Ses raisons n’étaient pas bidons et ça faisait beaucoup plus mal que si elle l’avait été je pense. Je respirais encore et encore, j’essayais de parler, mais j’avais de la peine à le faire entre deux sanglots. « Parce qu’il… Parce qu’il a rencontré quelqu’un d’autre et que.. et qu’il ne m’aime pas ! » Mon frère écarquilla les yeux et se leva d’un bon. Apparemment cette nouvelle le rendait fou de rage. Je continuais alors de sangloter et il vint me prendre dans ses bras. « Je suis désolé Emily, c’est un abruti fini ! Je vais aller lui régler son compte à ce type faut pas t’en faire ! » Je levais alors mes yeux remplis de larmes vers mon frère et je secouais la tête de droite à gauche. « Non il ne faut pas que tu lui dises quoi que ce soit, ça ne sert à rien ! Il ne mérite même pas que tu fasses attention à lui ! Laisses tomber ! » Je ne voulais pas encore créer d’histoire même si au fond l’idée que mon frère puisse lui casser la gueule me plaisait plutôt bien. Jake me serra alors dans ses bras. « D’accord, en tout cas tu sais que je suis là quoi qu’il arrive ! Tu peux toujours compter sur moi, je t’aime petite sœur ! »

Installée confortablement sur ma chaise, j’essayais de suivre le cours que le prof était en train de donner. Je n’arrivais absolument pas à me concentrer, la matière ne m’intéressait pas et ça arrivait la fin de la journée. Je tapotais sur mon portable, cachée au fond de la salle. Cela faisait maintenant quelques semaines que j’avais rompu avec Matthew et finalement je m’en étais plutôt bien remise. J’avais décidé de ne pas me morfondre sur mon sort et de relever la tête le plus rapidement possible. Déjà ce serait mieux pour moi et puis ça le rendrait fou de rage. Alors que je regardais quelque chose je fus surprise de voir que mon père était en train de m’appeler. Ce n’était pas dans ses habitudes de le faire quand il savait que j’étais en cours. C’était certainement quelque chose d’urgent. J’attrapais alors mon sac et je sortis de la classe, ne prêtant pas attention à la question de mon professeur. « Allô papa ? » « Emily, il faut que tu viennes à l’hôpital, Jake va venir te chercher ! C’est ta mère… » Je ne posais pas plus de questions, la voix de mon père c’était cassée en prononçant les derniers mots et je compris qu’il se passait quelque chose de grave. « J’arrive tout de suite ! » Je raccrochais mon téléphone et sortis du campus le plus vite possible. Mon frère était déjà là, il m’attendait. Je grimpais rapidement dans la voiture et on n’échangea aucun mot sur le trajet. Il n’y avait rien à dire en même temps, nous étions tous les deux inquiets et en parler ne ferait qu’empirer les choses. On se gara ensuite devant l’hôpital et on se dépêcha de rejoindre mon père qui tournait en rond dans la salle d’attente. Je m’approchais alors de lui pour lui demander ce qu’il se passait. En voyant sa tête je compris que ce n’était vraiment pas bon signe. « Qu’est-ce… qu’est-ce qu’il s’est passé ? » Mon père poussa alors un soupir avant de s’asseoir sur un des sièges. Je pris place à côté de lui et attrapais sa main pour l’encourager. « Elle… Elle a eu un accident de voiture. Un type a grillé un feu rouge et lui est rentré dedans ! Ils sont entrain de l’opérer, mais elle est très mal en point. » Je serrais alors encore plus la main de mon père. Je restais sans voix. Ma mère avait eu un accident de voiture. A présent il ne nous restait plus qu’à attendre. Attendre de voir ce que les médecins vont nous donner comme nouvelles. Le temps passa long, beaucoup trop long. A chaque fois que je voyais un employé, je me levais dans l’espoir d’avoir des nouvelles. Mais ce n’était jamais pour nous. Et puis il finit par arriver, c’était difficile de savoir si c’était une bonne ou une mauvaise nouvelle, son visage était totalement impassible. « Monsieur, votre femme souffrait de plusieurs lésions internes et malgré plusieurs tentatives nous n’avons pas pu arrêter l’hémorragie. Nous sommes désolés, elle est décédée. » Les trois derniers mots furent comme un coup de poignard en pleine poitrine, je me rassis sur la chaise et je fondis en larme, tout comme mon père et mon frère. Maman. Elle était décédée. Jamais plus je ne pourrais la revoir. Comment c’était possible ? Elle qui était toujours si souriante, si parfaite, si gentille. Elle ne méritait pas de mourir ainsi à cause d’un abruti qui n’avait pas respecté la signalisation. La vie était cruelle et je m’en rendais bien compte aujourd’hui. Imaginer ma vie sans ma mère me semblait impossible… et pourtant il le faudrait bien !

La cérémonie avait été difficile, beaucoup de mots avaient été dits en mémoire de ma mère et c’était toujours dur de se rappeler de tous ces souvenirs et de se dire que tout ceci c’est terminé. Après ça, chacun reprenait sa vie, mais dans notre famille il y avait un grand vide. Rien que de mettre les pieds dans notre maison de Los Angeles était difficile. J’avais l’impression de la revoir dans chaque recoin de notre maison. J’espérais la voir en entrant dans chacune des pièces. Mais elle n’était pas là. Elle n’était plus là. C’était terrible, la vie était vraiment injuste, mais à présent on devait avancer, mais je n’étais pas sûre d’en être capable. Après trois jours mon père finit par nous dire. « Je crois qu’il est temps de déménager ! On ne peut pas rester ici, c’est trop de souvenirs qui sont difficiles à affronter tous les jours ! » Bien qu’en déménageant nous allions emporter avec nous des souvenirs de notre mère, je savais que les choses seraient plus simples si on pouvait changer d’air. J’avais accepté la proposition de mon père et Jake en avait fait de même. Il ne restait plus qu’à savoir qu’elle serait la destination. « New York ! » C’était mon frère qui avait suggéré cette ville et mes yeux s’étaient alors immédiatement illuminés. « Oh oui New York, c’est mon rêve d’aller là-bas ! » J’étais excitée comme une puce et on commença à préparer notre déménagement. C’était agréable, on avait un but, quelque chose d’autres à penser et pendant ces quelques jours on se surprit à rigoler tous les trois à plusieurs reprises. C’était exactement ce qu’il fallait. Jake et moi arrivions au bout du lycée, on termina notre diplôme et puis on décolla pour New York. Un nouveau départ, ça ne pourrait nous faire que du bien à tous. Ne plus revoir toujours les mêmes choses et les mêmes gens. Ca me faisait plaisir de savoir que je n’aurais plus à affronter Matt et sa nouvelle petite amie avec des gros seins. Ce n’était d’ailleurs pas trop difficile de comprendre pourquoi il en était tombé amoureux. Comme me l’avait dit mon jumeau, ça n’allait certainement pas durer longtemps cette histoire. Je savais qu’il avait raison et ça me faisait sourire. De mon côté j’allais trouver quelqu’un, quelqu’un de bien avec qui je finirais ma vie. L’arrivée à New York se passa bien, c’était une belle ville et j’avais hâte de découvrir chacun de ces lieux si merveilleux. Ca changeait de Los Angeles pour le climat, mais ça ne faisait rien. Quelque chose me disait que j’allais beaucoup me plaire ici, même plus qu’à Los Angeles. On avait trouvé une jolie petite maison et il était temps pour Jake et moi de commencer l’université et ainsi de se faire de nouveaux amis. C’était toujours ça le souci lorsqu’on change de ville, faire des nouvelles rencontres. Heureusement pour moi, ça n’a jamais été un problème. Du genre assez bavarde et sociable je n’avais pas de problème pour faire de nouvelles rencontres. En même temps je ne rêvais pas de devenir psychologue pour rien, c’est bien parce que j’ai de la facilité avec les gens, j’aime avoir du contact avec tout le monde et puis j’ai de la facilité à trouver des solutions à des problèmes aussi il faut bien l’avouer. Une toute nouvelle vie s’offrait donc à moi et à mon frère jumeau. L’université, les nouveaux amis, une nouvelle vie, le paradis. J’avais bien sûr toujours une pensée pour ma mère, mais je savais aussi que si elle avait été là elle nous aurait dit d’avancer, de profiter de la vie et de ne pas se morfondre sur notre sort.

_________________

« I wanted a perfect ending. Now I've learned, the hard way, that some poems don't rhyme, and some stories don't have a clear beginning, middle, and end. Life is about not knowing, having to change, taking the moment and making the best of it, without knowing what's going to happen next. »


Dernière édition par Emily M. Lewis le Dim 30 Juin - 13:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


EVA LAPECH + admin déjantée
+ messages : 57
+ date d'arrivée : 07/06/2013
+ double-compte : Nora Valentyne
+ avatar : Jennifer Morrison
+ crédits : belikovs
+ âge du personnage : 32 ans
+ statut civil : Mariée, apparemment..
+ métier/études : psychologue
+ adresse : upper west side, river terrace

THE WORLD AS I SEE IT
+ CARNET D'ADRESSE:
+ DESIRS CACHES:

MessageSujet: Re: emily + if you tell yourself you feel fine, you will. Ven 7 Juin - 14:07

somewhere along in the bitterness.

« Emily tu peux venir un petit moment ? » Assise sur la grande étendue d’herbe de l’université avec quelques amis, je levais les yeux vers mon jumeau avec un immense sourire. Je n’attendis pas longtemps pour me lever et le suivre. Peu importe ce que mon frère avait à me montrer j’adorais passer du temps avec lui. « Qu’est-ce que tu voulais me dire ? » On se tenait par la main et il me tirait un peu plus loin de mon groupe. Je pensais qu’il voulait me dire quelque chose que personne d’autre ne pouvait savoir, mais il n’essayait pas de m’éloigner des autres gens. « Je voudrais te présenter quelqu’un ! » J’affichais un petit sourire, apparemment mon frère jumeau devait être amoureux car il affichait un immense sourire qui en disait long. Je décidais de ne rien dire de plus et on finit par arriver vers une fille qui lisait quelque chose. Pour le moment je ne voyais pas vraiment son visage et je ne savais absolument pas si elle était gentille ou non. Mais au fond je savais que mon frère n’allait pas choisir n’importe qui et qu’elle allait forcément me plaire. « Emy’, je te présente Olivia, ma petite amie ! Olivia je te présente Emily ma sœur jumelle ! » La brune afficha alors un immense sourire et se leva pour me regarder droit dans les yeux. De toute évidence elle était ravie de faire ma connaissance. De mon côté je l’observais et au premier abord elle me semblait tout à fait parfaite. J’affichais également un immense sourire. « Et bien enchantée Olivia, je suis heureuse de faire ta connaissance ! Alors comme ça tu as craqué pour mon jumeau ? S’il t’embête dis-le moi et je le remettrais en place ! » Je rigolais tout en faisant un coup de coude à mon frère. Olivia rigola à son tour. « D’accord je n’hésiterais pas à te dire si jamais il m’embête, mais je crois que ça devrait aller ! En tout cas je suis aussi heureuse de faire ta connaissance, Jake m’a beaucoup parlé de toi ! » Je tournais alors mon regard vers mon frère qui souriait bêtement et je croisais les bras. « Bah quoi ? » Je laissais échapper un petit rire avant de reporter mon regard sur la copine de mon frère. Elle me plaisait bien pour le moment, mais il fallait que j’apprenne à la connaître encore un peu plus pour réellement me faire une bonne opinion sur elle. Mais au premier abord, c’était une gentille fille ça me plaisait déjà. « J’étais aussi curieuse de faire ta connaissance en tout cas ! Depuis le temps qu’il me parle aussi de toi ! » Jake finit par se décider à intervenir dans tout ça. « Bon vous savez les filles je suis juste à côté de vous et je peux entendre ce que vous dites je ne suis pas sourd ! » On rigola alors toutes les deux. C’était vrai qu’on parlait un peu comme si mon frère n’était pas là, mais enfin le courant passait déjà bien entre nous et Jake pouvait déjà être heureux pour ça ! « Ouais désolé Jake, enfin je compte bien passer une soirée avec Olivia et sans toi ! Histoire qu’on puisse te critiquer un peu ! » Je fis un clin d’œil à mon frère et leur souhaitait une bonne fin de journée avant de retourner vers mes amis. Cette fille me plaisait et avec le temps je n’avais fait que me rapprocher d’elle. Pour moi elle était faite pour aller avec mon frère c’était une évidence !

Je me réveillais avec un mal de crâne à se taper la tête contre les murs et sans savoir où je me trouvais. J’avais 21 ans, j’avais fait la fête le soir d’avant, mais je ne reconnaissais absolument pas l’endroit où je me trouvais. Je me levais alors doucement de mon lit et je tournais la tête de droite à gauche. Petit à petit les choses me revinrent à l’esprit, on se trouvait à Las Vegas, une idée folle que nous avions eue la veille avec quelques potes à moi. Le seul hic c’était que je ne me rappelais absolument pas de la soirée. Je sentis alors doucement bouger dans mon lit et je tournais la tête pour découvrir avec horreur qu’un mec se trouvait dans mon lit et que ce mec était un de mes potes. Nous étions tous les deux nus, de toute évidence j’avais terminé ma soirée avec lui. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi, surtout que ce mec était certainement celui que je détestais le plus de tous mes amis. Je le secouais alors doucement. « Ryan bordel réveille-toi ! » Ryan ronchonna légèrement et finis par ouvrir les yeux. Il leva son visage vers moi et parus tout aussi étonné que moi de me voir dans le même lit que lui. « Ok Emily, tu fous quoi dans mon lit ! » Je laissais échapper un petit rire. « Déjà ce n’est pas ton lit, mais celui d’un hôtel de Las Vegas et je peux te retourner la question ! » Avant que je n’aie pu dire quoi que ce soit de plus, nos amis firent leur entrée dans la chambre. Je relevais alors immédiatement les draps sur moi et je les regardais en fronçant les sourcils alors qu’un ami venait de dire. « Alors vous avez bien dormi les jeunes mariés ? » Je ne comprenais pas vraiment ce qu’il essayait de me dire et c’est là que je la sentis, une bague était à mon doigt. Je me redressais alors d’un bond en regardant cette bague avec horreur. « Marié ?! C’est une blague j’espère ? Et pourquoi avec lui ? » C’était un cauchemar ! J’allais me réveiller dans quelques secondes et réaliser que tout ceci était faux, ce n’était pas possible autrement. Mais un de mes amis commença à me raconter la soirée. Je m’étais prise la tête avec Ryan et puis avec l’alcool on avait fini par se réconcilier et dire que nous étions des idiots de nous détester. Puis en passant devant ce fameux endroit où l’on peut se marier, Ryan avait proposé qu’en l’honneur de notre amitié on devrait se marier. Ivre comme nous étions, c’est ce qu’on a fait et aujourd’hui on est dans la merde. Il n’y avait pas d’autres mots. J’avais fini par me rhabiller et je tournais en rond dans cette chambre d’hôtel. « Bon c’est pas grave, on va aller annuler ça immédiatement et ce sera derrière nous, n’est-ce pas Ryan ? » « Oui bien sûr, je m’occuperais de faire les papiers et tout ça, ne t’en fais pas pour ça ! » J’affichais alors un sourire, les choses allaient vite rentrer dans l’ordre. « Super tu me donneras les papiers pour que je les signe ! » Je me sentais un peu rassurée, mais ça ne changeait rien que les choses s'étaient tout de même passées et que je n'arrivais pas à croire que je pouvais être aussi idiote. Décidément, il fallait que j'arrête de boire autant ça ne m'apportait vraiment rien de bon. Au moins ça m'avait fait une leçon et je me promis de ne plus jamais recommencé des soirées comme celle-ci. Plus jamais !

C’était une magnifique journée. Le soleil brillait dans le ciel de Myrtle Beach et je me tenais dans mon bureau avec un client, un de mes tout premiers clients. J’avais terminé mes études et j’avais rapidement trouvé une place dans un cabinet de la ville. J’avais 25 ans et j’étais diplômée ! Je pouvais réellement exercer ma profession et c’était clairement une fierté pour moi. Mes journées se passaient parfaitement bien, le métier me plaisait énormément et puis je commençais à me faire ma petite clientèle, ce qui n’était pas toujours facile il fallait l’avouer. Mon rendez-vous se termina et je sortis dans la salle d’attente pour voir qui était le suivant. C’est là que je fis sa rencontre. Un charmant jeune homme, au sourire à tomber qui tenait par le t-shirt un autre gars qui semblait quelque peu énervé. J’affichais alors un léger sourire, posant mon regard sur ce charmant jeune homme. « Vous êtes le prochain client ? » Le charmant jeune homme sourit à son tour et me répondit. « Non c’est mon ami le prochain client, j’ai dû le traîner jusqu’ici parce qu’il est un peu réticent à venir chez un psychologue. J’ai eu beau lui dire que vous étiez une femme magnifique et qu’il n’allait pas être déçu, ça n’a pas fonctionné pour lui. » Je laissais alors échapper un petit rire, me retenant de rougir face à son compliment. « J’ai pas besoin d’un psy, même si elle est belle je m’en fiche ! Ramènes moi chez moi Aidan ! » A présent je connaissais le prénom de ce charmant jeune homme, c’était un bon point. Je tournais ensuite mon regard vers ce mec qui ne semblait pas du tout avoir envie de venir. « Venez juste quelques minutes dans mon bureau, je suis sûre que ça vous fera du bien et votre ami pourra venir avec vous si vous le souhaitez ! Juste une simple petite discussion et vous choisirez ensuite si vous voulez revenir ici ou non ! » Aidan sembla ravi par cette idée au vu du sourire qu’il affichait. Il secoua un peu son ami qui finit par accepter. On entra alors dans mon bureau et la séance se passa beaucoup mieux que je ne l’avais espéré. Une fois assit, l’ami d'Aidan se décida un petit peu à parler. Il n’entrait pas dans les détails, mais je comprenais vaguement où se situait son problème. A la fin, j’affichais un immense sourire tout en disant. « Je crois que ça ne s’est pas trop mal passé, voici le numéro du bureau, vous pouvez me téléphoner pour prendre un prochain rendez-vous si vous le souhaitez ! » Je savais qu’il allait le faire, les deux hommes se levèrent et me saluèrent. Aidan me lança un dernier regard avec un sourire avant de sortir de mon bureau. D’un côté j’étais déçue qu'Aidan ne soit pas le client, j’aurais beaucoup aimé le revoir. Mais finalement il n’y avait pas besoin qu’il le soit puisque le soir en sortant de mon bureau je le trouvais assis sur un banc juste devant le bâtiment. « Ok, en fait c’était vous qui aviez un problème, mais vous n’avez pas osé le dire, c’est ça ? » J’affichais un mince sourire et Aidan rigola. « Pas du tout, mais j’ai oublié quelque chose en partant de votre bureau. Je préférais attendre que vous ayez terminé pour ne pas vous déranger ! » Je croisais alors les bras et j’attendis. « Je hum… voulais connaître votre prénom ! » il semblait soudainement gêné et je trouvais ça adorable. « C’est Emily et vous pouvez me dire tu ! » Aidan afficha alors un immense sourire avant d’ajouter. « Est-ce que heu.. ce serait déplacé de vous demander votre numéro de téléphone ? » Je sortis alors un petit papier de mon sac et y inscrivit quelques chiffres. Je lui tendis ensuite ce papier avec un sourire. « Le voilà, appelez-moi bientôt je trouverais ça vexant de devoir attendre trop longtemps pour vous revoir ! Et je pensais vous avoir dit de me dire tu ! » « Oui mais il me semble que tu continues à me dire vous ! » Je lui fis un clin d’œil et je tournais les talons tout en lui disant. « Bonne soirée. »

On s’était donné un petit rendez-vous dans un des bars de la ville. Cela faisait maintenant bien plus d’une année qu’Aidan et moi on se côtoyait sans pour autant qu’il ne se passe quoi que ce soit d’intéressant. Depuis cette rencontre à mon cabinet, on s’était revu à plusieurs reprises bien évidemment et je ne pouvais pas le nier : ce mec me plaît et pas qu’un peu. Il a ce côté bad boy qui ferait craquer plus d’une fille et des yeux à tomber. Bref, j’en étais folle, mais les choses étaient plus compliquées malheureusement. Aidan n’était pas vraiment un grand fan des relations sérieuses. Il préférait les petites histoires sans lendemain, les relations sans attache. Je ne savais pas vraiment pourquoi il était aussi réticent à l’idée d’avoir une relation sérieuse, mais en tout cas il était certain qu’entre lui et moi ce n’était pas gagné. J’essayais de lui tirer les vers du nez, savoir ce qu’il pourrait ressentir pour moi, mais il restait totalement impassible. Il était impossible pour moi de déceler la moindre émotion dans son visage. Alors lors de ce énième rendez-vous, j’avais décidé de lui poser les questions franchement. Si je voulais une bonne fois pour toute me lancer dans quelque chose de sérieux avec lui, il faudrait bien que je fasse le premier pas. Ce n’était certainement pas lui qui allait le faire et pourtant j’avais bien compris que je lui plaisais. Dès le premier jour je l’avais compris, mais il fallait qu’il rende les choses compliquées. On avait couché ensemble quelques fois, je pensais à chaque fois que cela voulait dire que c’était sur la bonne voie. Mais le lendemain je le voyais avec une autre poufiasse qui n’avait certainement rien dans le cerveau mais qui devait lui donner beaucoup de plaisir au lit. Installée au bar, je ne cessais de réfléchir à cette situation lorsque je le vis entrer et il n’était pas seul. Une fille le suivait, une autre blonde qu’il avait trouvé je ne sais où. Je me retournais alors sur mon siège pour regarder mon verre. Il était peut-être temps de faire comme si je n’étais pas là. « Ah Emily ça tombe bien que tu sois là ! Je te présente Louise, une française je l’ai rencontrée à l’entrée du bar ! » Je regardais Aidan droit dans les yeux, était-il entrain de se moquer de moi ? Je tournais ensuite mon regard vers cette fille, un léger sourire aux lèvres. « Enchanté ! » Aidan passa alors sa main autour de la taille de cette fille, il me semblait vachement proche pour dire qu’il venait tout juste de se rencontrer. « Je vais faire un tour aux toilettes je reviens ! » La demoiselle s’éloigna et je me retrouvais seule avec Aidan. Il voulait vraiment me rendre complètement folle avec son petit jeu. Je n’appréciais pas du tout cela. « Plutôt charmante non ? » Je ne savais pas vraiment comment réagir, cela faisait plus d’une année que ça durait et je voulais qu’il arrête de me prendre pour une idiote. Je me levais alors de ma chaise. « Tu sais quoi Aidan, t’es un enfoiré ! Je ne sais vraiment pas à quoi tu joues, mais il serait temps que t’arrêtes de te foutre de moi comme ça ! » Aidan continuait de sourire. « Tu sais que t’es sexy quand tu t’énerves ! » « Vas te faire foutre ! » Je commençais alors à m’éloigner vers la sortie, mais il me rattrapa. « Emily, pourquoi tu pars ? Je plaisantais tu sais bien. » Je me retournais alors brusquement. « Je pars parce que je n’aime pas qu’on me prenne pour une conne, tu te pointes avec une autre fille à notre rendez-vous donc de toute évidence tu ne veux pas me voir. J’en ai marre de perdre mon temps avec un gars que j’aime et qui en a rien à foutre ! Laisse-moi tranquille maintenant. » C’était sorti tout seul, je n’avais même pas réalisé ce que je venais de lui dire que j’étais déjà partie. Après ça il me fallut encore attendre quelques mois avant qu’il me présente de bonnes excuses et qu’il se décide à se lancer dans quelque chose de sérieux avec moi.

J’avais tout juste 32 ans, cela faisait donc environ 5 ans qu'Aidan et moi étions ensemble. C’était le bonheur parfait entre nous, je n’avais à me plaindre de rien du tout et je sentais au fond de moi que c’était lui le bon, que j’allais finir ma vie à ses côtés. Et j’étais loin de me douter que de son côté il pensait exactement la même chose. C’est un soir alors que nous étions au restaurant que je compris tout ça. Aidan me regardait droit dans les yeux, nous venions de terminer le plat principal et je réfléchissais à mon dessert. Je finis par sentir son regard et je rougis. « Qu’est-ce qu’il y a Aidan ? » « T’es magnifique, surtout quand tu rougis ! Tu m’as tapée dans l’œil dès le premier jour où on s’est rencontré ! » « Ah oui ça je m’en souviens, tu me l’as dit alors que cela faisait à peine deux minutes qu’on s’était rencontré et tu ne connaissais même pas encore mon prénom. Quand j’y repense, c’était vraiment adorable ! » Aidan afficha un sourire et approcha sa main de la mienne pour la caresser doucement. Il continuait de sourire bêtement et je commençais légèrement à m’inquiéter. Fronçant les sourcils je lui demandais. « Est-ce que tout vas bien Aidan ? » Il avait un comportement plutôt étrange, qui ne lui ressemblait absolument pas ! « Oh oui tout va parfaitement bien. Et toi tout va bien ? » J’haussais alors les épaules. « Oui, mais je ne sais absolument pas quoi choisir comme dessert. J’aimerais beaucoup prendre cette coupe, mais elle me semble bien garnie et je ne sais pas si j’aurais le courage de tout finir, enfin surtout la place ! » Aidan continuait de me regarder avec ce petit sourire idiot accroché aux lèvres. Je baissais alors mon menu. « Je parle trop c’est ça hein ? » Aidan rigola et se passa la main dans les cheveux, c’était ce qu’il faisait à chaque fois qu’il était gêné. « Pas du tout, en fait je pensais justement que j’adore t’écouter parler. J’adore te regarder, j’adore tout chez toi ! Il n’y a rien qui me dérange, tu es parfaite à mes yeux et… » Je le regardais droit dans les yeux alors qu’il se levait de sa chaise et s’approchait de moi. Je ne comprenais pas ce qu’il se passait, jusqu’à ce qu’il se mette à genou devant moi et sorte de sa poche une boîte. « Emily Maddie Lewis, veux-tu m’épouser ? » J’affichais alors un immense sourire et je me jetais dans les bras d'Aidan sans même lui répondre. Je l’embrassais tendrement avant de dire. « Oui bien sûr que je veux t’épouser ! » Mes yeux étaient remplis de larmes de joie alors qu'Aidan enfilait la magnifique bague qu’il avait trouvée à mon doigt. Je ne cessais alors de l’embrasser, j’étais heureuse, réellement heureuse ! Je n’arrivais tout simplement pas à le croire ! On était fiancé, j’allais épouser l’homme que j’aime le plus au monde. Les personnes présentes dans le restaurant avaient applaudi lorsque j’avais dit oui, mais je n’avais même pas remarqué. La suite de la soirée se passa parfaitement bien. On discutait de notre avenir, du mariage, de tout ce qui allait suivre cette merveilleuse demande. J’étais aux anges, réellement. Ce fut une des plus belles soirées que j’ai jamais passé aux côtés d'Aidan, je ne l’oublierais sans doute jamais. En même temps je pense que personne ne peut vraiment oublier le jour où l’homme de votre vie vous a demandé en mariage.

« Mariée ?! Tu es déjà mariée ?! C’est une blague Emily j’espère ! » On venait de sortir du bâtiment, on souhaitait faire les démarches pour le mariage, jusqu’à ce qu’on me dise que ce n’est pas possible puisque je suis toujours mariée. Ca avait été un choc, un sacré choc. Mais ce n’était rien comparé à Aidan qui n’a bien sûr jamais entendu parler de cette histoire. Bah oui ce n’est pas le genre de choses que je souhaitais raconter, surtout que pour moi ça n’avait aucune importance. Mais j’aurais peut-être dû en parler car ça nous aurait évité la dispute que nous étions en train d’avoir. « Non mais c’est des conneries, je suis pas mariée Aidan ! » Il se tourna alors vers moi en me regardant droit dans les yeux, il était en colère, très en colère. « Ah oui bien sûr, donc ce sont peut-être eux qui ont les mauvaises informations, on devrait aller le leur dire tiens ! » Je secouais alors la tête. « Mais non ce n’est pas ça que je veux dire, je suis bien mariée, enfin apparemment ! Mais ce n’est pas ce que tu penses. Laisse-moi t’expliquer ! » Aidan ne semblait cependant pas du tout disposé à m’écouter. « Non je crois que les choses sont claires Emily, j’ai pas besoin de tes explications. Tu m’as vraiment pris pour un con pendant toutes ces années, tu pensais sérieusement que tu pourrais te marier deux fois sans que personne ne remarque quoi que ce soit ! C’est bon tu peux oublier notre mariage et moi par la même occasion ! » Aidan parti sans que je ne puisse faire quoi que ce soit, j’avais bien essayé de l’arrêter pour lui expliquer ce qu’il s’était passé, mais il ne m’écoutait pas. En même temps je savais qu'Aidan n'était pas un grand fan des relations sérieuses à la base et que ce n'était donc certainement pas facile pour lui de se retrouver trahis de cette façon.  Après ça j’avais commencé par appeler Ryan, pour savoir ce qu’il foutait. « Tu m’expliques pourquoi on est toujours marié ? » Ryan rigolait au téléphone. « Bah parce que j’ai vu certains avantages à notre mariage et je me suis dit que de toute façon ça ne changeait pas grand-chose ! » « Et bien oui parce que j’étais sur le point de me marier quand on m’a dit que je l’étais déjà ! Alors tu vas me faire le plaisir d’arranger tout ça ! » Mais Ryan ne voulait pas être aussi gentil apparemment et ne cessait de m’embêter avec ça. Il me paraissait évident que je n’allais pas sortir de tout ceci très facilement. Je ne savais plus quoi faire ! J’avais perdu l’homme de ma vie et la personne que j’ai toujours détestée était en train de me faire mener la vie dure pour une erreur stupide que j’ai fait il y a quelques années. Je commençais à devenir folle, j’avais alors demandé de l’aide à mon frère, savoir qu’est-ce qu’il fallait que je fasse. J’étais au fond du bac, Aidan était parti et peut-être que je ne le reverrais jamais… « Aidan est toujours à New york, il refuse de te parler, mais tu peux toujours lui écrire une lettre. Ce n’est pas sûr qu’il la lira, mais ça vaut le coup d’essayer ! » J’avais alors suivi le conseil de mon grand frère et j’avais écrit une lettre, expliquant ce qu’il s’était passé pour ce mariage et pourquoi je l’étais encore aujourd’hui. Je voulais qu’il comprenne qu’il était bien la seule personne que j’ai réellement aimée ! J’ai posté la lettre dans sa boîte il y a deux jours et puis Ryan m’a téléphoné pour me dire qu’il allait faire le nécessaire. Je me suis rendue avec lui avec les papiers de l’annulation et on nous a annoncé que le traitement du dossier pourrait prendre quelques semaines. On allait recevoir une réponse prochainement. C’était une bonne chose, je serais bientôt à nouveau célibataire et Aidan pourrait ainsi me croire sur toute la ligne. Du moins c’était ce que j’espérais, pour le moment je ne savais même pas s’il avait lu la lettre..

_________________

« I wanted a perfect ending. Now I've learned, the hard way, that some poems don't rhyme, and some stories don't have a clear beginning, middle, and end. Life is about not knowing, having to change, taking the moment and making the best of it, without knowing what's going to happen next. »


Dernière édition par Emily M. Lewis le Sam 15 Juin - 14:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


WONDER PAPAYE + admin passionnée
+ messages : 393
+ date d'arrivée : 12/05/2013
+ double-compte : nope
+ avatar : nina dobrev
+ crédits : love.disaster
+ âge du personnage : vingt-sept ans
+ statut civil : célibataire
+ métier/études : lieutenant de police
+ adresse : UPPER EAST SIDE, lenox hill #591

THE WORLD AS I SEE IT
+ CARNET D'ADRESSE:
+ DESIRS CACHES:

MessageSujet: Re: emily + if you tell yourself you feel fine, you will. Ven 7 Juin - 15:16


_________________
LOVE IS A FOUR-LETTER WORD
Just give me a reason, just a little bit's enough, just a second we're not broken just bent and we can learn to love again. It's in the stars, it's been written in the scars on our hearts, we're not broken just bent and we can learn to love again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ORANGE PRESSLE + admin rigolote
+ messages : 324
+ date d'arrivée : 04/05/2013
+ double-compte : nope
+ avatar : KitKat Cassidy
+ crédits : © cherry blossom
+ âge du personnage : 28 ans
+ statut civil : officiellement célibataire mais en couple officieusement
+ métier/études : assistante du procureur (ADA)
+ adresse : 707 - Greenwich Village

THE WORLD AS I SEE IT
+ CARNET D'ADRESSE:
+ DESIRS CACHES:

MessageSujet: Re: emily + if you tell yourself you feel fine, you will. Sam 8 Juin - 15:22


t'es canon en Jennifer

_________________
It was one thing to make a mistake; it was another thing to keep making it. I knew what happened when you let yourself get close to someone, when you started to believe they loved you: you'd be disappointed. Depend on someone, and you might as well admit you're going to be crushed, because when you really needed them, they wouldn't be there. Either that, or you'd confide in them and you added to their problems. All you ever really had was yourself, and that sort of sucked if you were less than reliable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


EVA LAPECH + admin déjantée
+ messages : 57
+ date d'arrivée : 07/06/2013
+ double-compte : Nora Valentyne
+ avatar : Jennifer Morrison
+ crédits : belikovs
+ âge du personnage : 32 ans
+ statut civil : Mariée, apparemment..
+ métier/études : psychologue
+ adresse : upper west side, river terrace

THE WORLD AS I SEE IT
+ CARNET D'ADRESSE:
+ DESIRS CACHES:

MessageSujet: Re: emily + if you tell yourself you feel fine, you will. Sam 8 Juin - 16:51

Héhé merci mes chéries

_________________

« I wanted a perfect ending. Now I've learned, the hard way, that some poems don't rhyme, and some stories don't have a clear beginning, middle, and end. Life is about not knowing, having to change, taking the moment and making the best of it, without knowing what's going to happen next. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


POMPOMPIDOU + admin fantasque
+ messages : 231
+ date d'arrivée : 12/05/2013
+ double-compte : marley baker.
+ avatar : jl coleman.
+ crédits : tearsflight & tumblr.
+ âge du personnage : vingt-sept ans.
+ statut civil : célibataire, elle attend le grand amour.
+ métier/études : organisatrice évènementielle, elle prend beaucoup de plaisir à organiser mariages et fêtes en tous genres de a à z.
+ adresse : 71, river terrace (upper west side).

THE WORLD AS I SEE IT
+ CARNET D'ADRESSE:
+ DESIRS CACHES: avoir un enfant.

MessageSujet: Re: emily + if you tell yourself you feel fine, you will. Mar 11 Juin - 17:09

JENNIFER
Elle te va presque aussi bien qu'à moi! Arrow

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


EVA LAPECH + admin déjantée
+ messages : 396
+ date d'arrivée : 04/05/2013
+ double-compte : Nope
+ avatar : Candice Accola
+ crédits : aurélie
+ âge du personnage : 28 ans
+ statut civil : Célibataire
+ métier/études : propriétaire de son restaurant, cheffe cuisinière
+ adresse : Brooklyn, bay ridge neighborhood

THE WORLD AS I SEE IT
+ CARNET D'ADRESSE:
+ DESIRS CACHES:

MessageSujet: Re: emily + if you tell yourself you feel fine, you will. Mar 11 Juin - 19:03

Haha presque seulement hein ;) I love you
Merci poulette

_________________

« Sometimes, when you don't ask questions, it's not because you are afraid that someone will lie to your face. It's because you're afraid they'll tell you the truth. » Jodi Picoult
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

❝ Invité

Invité

MessageSujet: Re: emily + if you tell yourself you feel fine, you will. Lun 17 Juin - 5:23

Cette fille est juste une bombasse

Bienvenue à ton second toi
Revenir en haut Aller en bas
avatar


EVA LAPECH + admin déjantée
+ messages : 396
+ date d'arrivée : 04/05/2013
+ double-compte : Nope
+ avatar : Candice Accola
+ crédits : aurélie
+ âge du personnage : 28 ans
+ statut civil : Célibataire
+ métier/études : propriétaire de son restaurant, cheffe cuisinière
+ adresse : Brooklyn, bay ridge neighborhood

THE WORLD AS I SEE IT
+ CARNET D'ADRESSE:
+ DESIRS CACHES:

MessageSujet: Re: emily + if you tell yourself you feel fine, you will. Lun 17 Juin - 6:01

Héhé mercii poulette I love you

_________________

« Sometimes, when you don't ask questions, it's not because you are afraid that someone will lie to your face. It's because you're afraid they'll tell you the truth. » Jodi Picoult
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

❝ Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: emily + if you tell yourself you feel fine, you will.

Revenir en haut Aller en bas
 

emily + if you tell yourself you feel fine, you will.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Festival à Meaux 77 "Fine Resophonic" expose!
» Dobro spider Fine resophonic
» emily et fiona
» Emily of New Moon (Kaze no Shojo Emily)
» Sweet Emily Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
big apple rock :: COME AS YOU ARE :: born this way :: i'm coming home-